Dimanche 22 novembre 7 22 /11 /Nov 16:01
                                La délivrance a t'elle une place dans la vie d'un chrétien ?

Un Chrétien réellement né de nouveau, et réellement disciple de Jésus-Christ, peut-il encore être, d'une manière quelconque, "possédé", "démonisé", lié, ou influencé par un démon ?
Est-il possible qu'un Chrétien dont le corps est devenu le temple du Saint-Esprit, puisse encore abriter "quelque part" un hôte indésirable nommé démon ?
Un Chrétien peut-il faire l'objet d'une prière de délivrance, que d'autres appellent encore "exorcisme" ? La délivrance des Chrétiens doit-elle être pratiquée et encouragée ?


Ce sont des questions importantes, qui méritent une réponse équilibrée et sérieuse, à la lumière de l'enseignement des Ecritures. Nous ne pouvons pas nous permettre d'avoir sur ce sujet le moindre préjugé, la moindre opinion préconçue, ni d'être influencés par des enseignements ou une théologie qui ne seraient pas en accord avec la pensée du Seigneur.

Nous n'avons pas la prétention d'écrire un article qui fera le tour complet de tous les problèmes concernant les Chrétiens et les démons. Mais nous voulons simplement exposer les grandes lignes de ce que la Bible enseigne à ce sujet, selon notre compréhension actuelle.

Nous partirons du fait biblique de l'existence des démons. Ce sont des esprits impurs et mauvais qui sont au service de Satan, et qui collaborent à son oeuvre de séduction et de destruction de l'humanité. Les Evangiles fourmillent de récits où nous voyons le Seigneur délivrer de nombreux Juifs de toutes sortes de démons, notamment d'esprits qui provoquaient des infirmités et des maladies : esprits de surdité, de cécité, d'infirmité, etc…

Il est acquis que ces mauvais esprits cherchent à occuper un corps humain pour assouvir leurs passions, voir un corps animal, s'ils ne peuvent pas entrer dans un corps humain. Nous pensons à la légion de démons qui ont quitté le Gérasénien, pour entrer dans un troupeau de porcs.

Une bonne partie du ministère de Jésus a donc consisté à délivrer des malheureux démoniaques tourmentés par toutes sortes d'esprits méchants. Il faut toutefois noter que Jésus, qui avait un discernement parfait, n'a pas systématiquement délivré tous les démoniaques qu'Il rencontrait sur Sa route. Il ne les a délivrés que lorsque les démons les précipitaient dans une crise violente en Sa présence. Il a aussi délivré des enfants tourmentés par des démons, lorsque les parents le lui demandaient. Mais Il n'a jamais effectué des "délivrances collectives" comme on en voit aujourd'hui.
Il chassait les démons comme un signe de la venue du Royaume de Dieu au milieu des Siens.

En revanche, dans les Actes des Apôtres et les épîtres, nous ne voyons que très peu de récits de délivrances. Ceux qui sont rapportés, comme la délivrance par Paul de la femme qui avait un esprit de Python, ne concernent en outre que des personnes qui n'étaient pas converties à Jésus-Christ.

La Bible ne dit nulle part qu'un Chrétien puisse "avoir" un démon.
Il faut reconnaître que les apôtres n'ont donné aucun enseignement sur la délivrance des Chrétiens, alors que Paul s'étend longuement sur la nécessité de crucifier la chair et de marcher par l'esprit.
Même si l'apôtre Paul nous informe dans Ephésiens 6 que "nous n'avons pas à lutter contre la chair et le sang", mais contre les puissances des ténèbres et les mauvais esprits, jamais il n'a donné un enseignement clair sur la nécessité de faire passer des Chrétiens nés de nouveau par la délivrance des démons. Cela doit nous faire réfléchir. Nous devons honnêtement constater ces faits, et en tirer les conséquences qui s'imposent.

Il nous faut cependant comprendre d'une part quelle est la composition de la nature humaine, en relation avec la nouvelle naissance, et d'autre part comment recevoir concrètement le parfait héritage que Christ nous a légalement acquis.


1. La composition de la nature humaine, et la régénération de l'esprit.

L'être humain est composé de trois parties distinctes : l'esprit, l'âme, et le corps. L'esprit est un organe spirituel qui nous permet de communiquer avec Dieu et le monde spirituel. L'âme ne concerne que l'aspect psychologique de l'homme : son intellect, ses émotions et sa volonté. Tout le monde sait de quoi est constitué le corps, mais beaucoup de Chrétiens ne font pas clairement la différence entre l'âme et l'esprit. Or il est capital de bien faire cette différence.

Quand un être humain se tourne vers le Seigneur Jésus pour recevoir Son salut, il doit d'abord réaliser son état de pécheur perdu, et son besoin aigu d'un Sauveur qui le libère du fardeau de ses péchés. Convaincu de péché par le Saint-Esprit, le pécheur se tourne vers Jésus-Christ pour recevoir le pardon de Ses péchés, par la foi en l'oeuvre parfaite et suffisante de la Croix.

C'est alors que le Seigneur accomplit en lui le miracle de la nouvelle naissance. Il fait passer son esprit, de mort qu'il était, par une véritable résurrection spirituelle, et lui donne la vie divine. Notre esprit, qui était dans les ténèbres et dans la mort (c'est-à-dire coupé de Dieu), passe dans la lumière divine et dans la vie éternelle. L'homme retrouve sa communion avec le Seigneur, communion perdue depuis la chute. Le Saint-Esprit vient alors demeurer dans l'esprit régénéré du Chrétien, pour commencer à le conduire dans une vie nouvelle en Christ, et accomplir le plan de Dieu dans la vie de Son enfant.

Toutefois, l'âme et le corps ne sont pas directement touchés par la régénération de notre esprit. Il est essentiel de le comprendre. Même si nous sentons qu'au plus profond de nous-mêmes, nous avons bien reçu la vie de Dieu, et que notre esprit nous rend témoignage que nous sommes bien enfants de Dieu, nous réalisons aussi que notre nature charnelle est toujours active, et qu'elle va tenter de nous contrôler, comme elle le faisait avant notre nouvelle naissance.

Il s'ensuit donc une oeuvre profonde de sanctification, plus ou moins rapide selon la consécration du Chrétien et l'enseignement qu'il reçoit. Cette sanctification avance rapidement quand on a compris en quoi consiste la marche par l'esprit. Ce n'est pas notre esprit régénéré qui est concerné par la sanctification, puisqu'il est déjà saint et pur. La sanctification ne concerne que l'âme et le corps. Par la sanctification, l'âme et le corps passent par un renouvellement progressif, une purification produite par l'action du Saint-Esprit et de la Parole de Dieu, dans les pensées, les sentiments, la volonté et le corps du Chrétien. (Voir Romains 12).

Notre esprit étant régénéré, et le Saint-Esprit venant demeurer dans notre esprit régénéré, il est exclu que le moindre démon puisse continuer à subsister dans notre esprit, ni à le contrôler.

N'oublions pas que celui-ci est "créé dans une justice et une sainteté que produit la vérité" (Ephésiens 4 :24). Notre esprit régénéré est notre seule nouvelle nature véritable. Tout ce qui reste de notre ancienne nature, nos pensées, notre volonté et nos désirs charnels, doit être mis à mort et laisser pleinement la place à notre nature nouvelle.

Paul nous dit dans l'épître aux Romains qu'une "loi de péché" continue à habiter dans notre corps (Romains 7 :14-24). C'est cette loi de péché qui anime la vie de la chair.
Or notre corps est aussi le temple du Saint-Esprit. Nous sommes donc confrontés à cette réalité : notre corps, qui est le temple du Saint-Esprit, abrite encore ce qui reste de notre vieille nature de péché, ainsi qu'une "loi de péché" qui demeure dans nos membres (Romains 6).

Paul nous montre donc comment nous pouvons être libéré, non de la présence de cette loi de péché, mais de son contrôle sur notre vie, grâce à l'action d'une loi supérieure, la "loi de l'esprit de vie en Jésus-Christ" (Romains 8 :1). Cette "loi de péché" ne disparaîtra de notre corps et de nos membres, qu'à la résurrection, lors du retour du Seigneur. Mais, dès à présent, nous pouvons apprendre à marcher par l'esprit, pour annuler la loi de péché qui agit dans la chair.

Paul nous enseigne que "la chair a des désirs contraires à ceux de l'esprit" (Galates 5 :17), et "qu'elle ne se soumet pas à la loi de Dieu" (Romains 8 :7). Lorsque Pierre, animé par la chair, veut empêcher Jésus d'aller à la Croix, Jésus lui répond : "Arrière de moi, Satan tu m'es en scandale ; car tes pensées ne sont pas les pensées de Dieu, mais celles des hommes" (Matthieu 16 :23). Il s'agit d'une affirmation très forte. En d'autres termes, les pensées de Satan sont les mêmes que celles des hommes non régénérés, qui sont contrôlés par la loi de péché qui est dans la chair. On peut en déduire que les pensées de l'homme non régénéré sont les mêmes que celles de Satan.

Pierre était contrôlé par Satan dans ses pensées. Jésus ne dit pas qu'il était "possédé" par Satan, ni qu'il avait "un démon en lui", mais qu'il était contrôlé par des pensées qui venaient de Satan.

Comme les pensées et les désirs sont du domaine de l'âme, et que celle-ci n'est pas régénérée à la nouvelle naissance de notre esprit, nous comprenons clairement comment Satan et ses démons peuvent continuer à contrôler un Chrétien né de nouveau. Il suffit que ce dernier continue à marcher par la chair, au lieu de marcher par l'esprit. La chair n'est pas un démon. Mais elle est animée, depuis la chute, par une vie mauvaise qui est semblable à celle qui anime Satan et les démons.

On ne peut pas chasser la loi de péché qui est dans notre corps comme on chasserait un démon.

Mais on peut désactiver complètement cette loi, en marchant par l'esprit, et en crucifiant la chair, pour qu'elle ne nous contrôle plus.
La chair non crucifiée représente donc toujours la porte d'entrée des démons dans la vie d'un chrétien. Même si les démons ne se trouvent pas littéralement dans le corps du Chrétien, ou dans son âme, ce Chrétien peut continuer à être contrôlé par ces démons, par le moyen de la loi de péché. Car cette loi de péché dans l'homme est la même que celle qui anime les démons.

Cependant, un Chrétien qui apprend à marcher par l'esprit, et à avoir une réelle victoire sur le péché, n'offre plus de prise à l'action des démons, qui ne peuvent que s'enfuir. Marchons donc par l'esprit, et nous n'accomplirons plus les oeuvres de la chair. En particulier, nous ne permettrons plus à des démons de se servir de notre chair pour nous contrôler ou nous influencer.


2. Notre position légale en Christ, et notre position pratique dans la sanctification.

Nous ne devons pas confondre notre position légale en Christ, et notre position pratique dans la sanctification. Notre position légale est fondée sur l'oeuvre déjà parfaitement achevée de Christ.

Notre position légale est celle que nous occupons en esprit en Jésus-Christ, dès que nous sommes nés de nouveau en esprit. Dans notre esprit régénéré, nous sommes "assis dans les lieux célestes en Jésus-Christ". Nous sommes entièrement libérés de toute la puissance de Satan, de ses démons, de la chair, du péché, du monde et même de la mort. Christ a accompli pour nous à la Croix une victoire totale, éternelle et définitive. Il a "dépouillé les autorités et les dominations, et les a livrées en spectacle en triomphant d'elles à la Croix" (Colossiens 2 :15). Il nous a arrachés du royaume des ténèbres, pour nous faire entrer dans Son Royaume céleste. Tout cela nous est acquis, tout cela est à nous et constitue notre héritage céleste en Jésus-Christ.

Mais tout cela n'est pas complètement réalisé dans notre vie pratique, dans notre âme et notre corps, dès le moment de notre conversion et de notre nouvelle naissance ! Seul notre esprit reçoit cet héritage à notre conversion. Notre âme et notre corps passent ensuite par un processus graduel de purification et de sanctification, jusqu'au moment béni du retour du Seigneur et de la résurrection de notre corps. Alors, tout ce qui est mortel sera englouti dans l'immortalité. La loi de péché qui habite encore dans nos membres disparaîtra, et nous recevrons un corps glorifié, dans lequel le péché n'habitera plus. Jusqu'à la résurrection, c'est la marche par l'esprit qui nous permettra d'être débarrassés du contrôle de la chair et de la loi de péché. Mais à la résurrection, nous serons définitivement débarrassés de la présence de cette loi de péché dans nos membres.

Si certains démons contrôlaient, ou même étaient présents dans nos pensées, nos sentiments, notre volonté ou notre corps, avant notre conversion et notre nouvelle naissance, ils ont perdu tout droit légal de le faire.


3. La place de la délivrance dans la vie d'un Chrétien.

Si nous admettons que des démons puissent continuer à contrôler certaines parties de l'âme et du corps d'un Chrétien après sa conversion (que ce contrôle soit effectué à distance ou de l'intérieur), nous devons à présent examiner quelle place doit occuper la délivrance dans la vie de ce Chrétien.

Par "délivrance", nous entendons une prière d'autorité faite pour commander à un démon de partir.

D'autres peuvent appeler cela "chasser un démon", ou "exorciser".

Compte tenu du fait que la Bible n'enseigne pas clairement la délivrance des Chrétiens nés de nouveau, et qui sont réellement disciples du Seigneur, il ne faut donc accorder aucune place normale à la délivrance des Chrétiens, comme moyen de progression spirituelle.

Pourquoi une telle position ? Parce que la Parole de Dieu demande clairement aux Chrétiens d'obtenir une pleine victoire sur le péché, et d'apprendre à marcher par l'esprit, afin d'ôter à tout démon la possibilité de le contrôler ou de le dominer. Il s'agit pour un Chrétien d'apprendre à crucifier sa chair, car une chair encore vivante représente le moyen d'accès idéal des démons dans la vie d'un Chrétien.

A quoi servirait-il en effet de chasser des démons, si le Chrétien continuait à marcher par la chair ?

Les démons, attirés par l'odeur nauséabonde de la chair, ne tarderaient pas à revenir, et la situation de ce Chrétien serait pire qu'auparavant.
C'est pour cette raison que beaucoup de Chrétiens, qui sont passés par de pénibles séances de "délivrance", se rendent bien compte que cela ne leur a donné aucune victoire définitive sur le péché.
Ils vont sans cesse chercher à être délivrés de nouveaux démons, souvent hypothétiques, alors que le Seigneur leur demande d'avoir une pleine victoire sur le péché.
Ils se décourageront de voir que la délivrance en laquelle ils avaient mis tant d'espoirs ne leur a nullement permis de crucifier leur chair.

Si le Chrétien apprend à crucifier sa chair de manière pratique, et à marcher par l'esprit, il ne laisse plus aucune prise aux démons, où qu'ils soient.
Un Chrétien qui marche pleinement par l'esprit n'offre plus aucune prise, plus aucun intérêt pour les démons, qui ne peuvent plus assouvir leurs passions.

Nous serons toujours attaqués par Satan et ses démons, surtout si nous marchons par l'esprit. Mais nous ne devons lui laisser aucune prise en nous. Seule la marche par l'esprit nous permet cela.


C'est pourquoi la marche par l'esprit est la voie normale de la progression spirituelle du Chrétien, et non la délivrance.

Nous ne devrions jamais parler de "possession" dans le cas d'un Chrétien né de nouveau.

De toutes manières, seule la Croix, et non la "délivrance", peut nous donner une pleine victoire sur les démons.

Nous insistons en conclusion sur l'impérieuse nécessité de la prédication de la Croix, dans tous ses aspects, comme unique moyen divin de libération radicale du péché, du monde, de la chair et de Satan.


source : http://ointduseigneur.over-blog.com
Par La Sentinelle - Publié dans : Fausses doctrines
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Qui suis je ?

Florence, sentinelle de Dieu, attachée à la saine doctrine (Tite 2/1)

Un message pour vous

Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtement de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs.
(Matthieu 7/15)

Calendrier

Octobre 2014
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>

UN AUTRE MESSAGE POUR VOUS

Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus Christ, pour le pardon de vos péchés, et vous recevrez le don du Saint Esprit. (Actes 2/38)
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés